Blog 10 – Metz – Un seul être vous manque…

Saint-Etienne a connu sa première défaite devant le Racing (3-2) au Parc des Princes. Visiblement, ce mercredi 19 septembre 1956, les joueurs stéphanois n’avaient pas totalement récupéré de leur voyage retour du déplacement dans les Ardennes. « Nous avons payé nos efforts de Sedan je crois, dit René Domingo. Je crois et surtout la fatigue due à une nuit passée dans le train pour rentrer à Saint-Etienne. Nous ne savions pas, en effet, que nous jouerions à Paris le mercredi suivant. Sinon, nous nous serions arrêtés dans la capitale. » A peine le temps de récupérer de la fatigue accumulée dans les Ardennes, qu’il leur fallait repartir pour Paris dès le mercredi matin.

Après la rencontre contre le Racing et pour préparer au mieux la prochaine contre Metz, la délégation stéphanoise a passé la nuit à Paris. Mais dès le lendemain matin, elle a regagné la Loire par la voie ferroviaire. Si Bernard Lefèvre a repris le train avec ses camarades, Kees Rijvers est reparti en voiture. Arrivé de Hollande en voiture avec femme et enfants la veille, il a repris la route du Sud-Est dès le jeudi matin. Sorti à la mi-temps la veille suite à un coup de pied de Lelong, le petit inter de l’ASSE n’a pu recevoir de soins sur sa cheville blessée le jeudi. Alex Fontanilles, à qui Rijvers s’est confié, est optimiste. « Il semble bien qu’avec des infrarouges, dit le directeur sportif stéphanois, on arrivera rapidement à réparer les dégâts d’ici dimanche. Nous comptons bien que Rijvers pourra tenir sa place contre Metz. »

Arrivés en début d’après-midi à Saint-Etienne, le capitaine Domingo ne cache pas son amertume : « Nous valons mieux que la mauvaise première mi-temps que nous avons jouée devant le Racing au Parc des Princes. Nous avons payé nos efforts de Sedan. »

Abbes comme Strappe ?

A Lille, Bernard Lefèvre a laissé de nombreux amis parmi lesquels un certain André Strappe, souvent sujet à des blessures nombreuses et variées. A Saint-Etienne, l’ancien Nordiste a trouvé en Claude Abbes, son « jumeau ». Il faut dire que le gardien stéphanois n’est pas épargné par les blessures. « Le gardien Abbes est-il plus accommodant que son remplaçant Ferrières ? s’interroge Jean Snella. Un jour, que Ferrières devait jouer un match dans le Nord avec une épaule endolorie, il me tint près de lui pendant une demie heure pour le soigner. Des bandes de sparadrap, il m’en fit mettre en long et en large et en travers. Il n’en avait jamais assez. Et puis, après avoir disparu quelques instants, il revint près de moi pour me demander d’enlever bien vite la cuirasse que lui avait faite de la sorte. Malgré ma patience, je n’ai pu m’empêcher de le trouver bien exigeant et capricieux, le brave Ferrières. »

Rijvers rassure

« Il est fort possible que Rijvers pourra jouer contre Metz, tente de rassurer Pierre Faurand dès le vendredi. Il ressent toujours une douleur à la cheville mais le docteur a dit que cela s’atténuerait. Il fera un essai dimanche matin et c’est finalement lui qui décidera. »

Sitôt arrivé à Saint-Etienne, le Hollandais a subi un examen médical qui n’a révélé qu’une grosse ecchymose à la cheville droite. L’incertitude est ainsi levée sur sa participation à la rencontre contre Metz. La nouvelle est même confirmée par Alex Fontanilles en fin de semaine : « Nous le croyons tellement, que nous annonçons contre les Messins l’équipe qui a joué à Sedan, sans lui apporter de modifications. »

STRASBOURG-ST ETIENNE
Blessé au Parc des Princes contre le RCP, Kees Rijvers laisse planer un doute sur sa participation au match contre Metz. (Photo PRESSE SPORT / Reproduction interdite)

 

Ces propos laissent donc supposer que Jean Oleksiak, absent à Paris, retrouvera son poste d’ailier droit en lieu et place d’Yvon Goujon, peu convaincant face au Racing.

Enfin, François Wicart, blessé à la cheville droite et Claude Abbes (épaule et oeil), tous deux malmenés à Paris, tiendront également leur place.

♦ ♦ 

FC METZ

A Metz, on a pour habitude de ne pas dépenser le sou que l’on n’a pas. A l’heure où le football français connaît de grosses difficultés financières, la politique d’austérité mise en place depuis plusieurs années par le président Raymond Herlory fait office de modèle aujourd’hui. Le club lorrain n’a pas les moyens de se renforcer mais il n’a pas non plus la moindre dette.

Faute de moyens financiers conséquents, les dirigeants mosellans ont fait le choix de placer les milliers de francs en leur possession pour améliorer leur stade. C’est ainsi que la subvention de 30 millions accordée par la municipalité messine n’a pas servi à recruter de nouveaux  joueurs mais à améliorer les infrastructures du club. L’éclairage du stade Saint-Symphorien a ainsi été augmenté alors que la construction de nouveaux vestiaires et d’une nouvelle tribune est en projet.

NANCY-METZ (4-1)
Raymond Herlory (à gauche) est en discussion avec Jacques Georges. Il est président du FC Metz depuis 1932. (Photo PRESSE SPORT / Reproduction interdite)

Imbernon, le réfractaire

A Metz, la reprise de l’entraînement en juillet s’est déroulée sans Nicolas Imbernon. En désaccord avec ses dirigeants, le demi lorrain est reparti chez lui à Port-de-Bouc. Avant de se rendre avec son équipe à Saint-Etienne, le président Herlory était sur le point de conclure un accord avec Rennes moyennant la somme de 7 600 000 F.

Plusieurs joueurs en Algérie

On le voit, la saison s’annonce longue pour le FC Metz. les jeunes Hess, Steibel, Gradzinski et Rausch ont été rappelés en Algérie tandis que le stagiaire Adamczyk est, quant à lui, toujours cantonné en Kabylie. Avec les seuls départs de Desgranges pour Nantes et Bokon pour son Autriche natale, Jacques Favre doit composer avec un effectif limité de 14 joueurs.

Un déplacement à risque

Jacques Favre se réjouit d’aller affronter le leader du Championnat tout autant qu’il craint ce déplacement à haut risque. Alité une partie de la semaine précédente, il avait confié la responsabilité de son groupe à Henri Burda. Toujours à la recherche d’une première victoire à domicile cette saison, il n’a pas eu la joie d’apprendre la bonne nouvelle. Face à Sochaux à domicile, son équipe a été battue 3 à 1 alors qu’elle menait à dix-sept minutes de la fin. Ce revers inattendu -Sochaux n’avait plus gagné à Metz depuis 5 ans- a fait reprendre plus vite que prévu le collier à l’entraîneur messin. Depuis le début de la semaine, les entraînements quotidiens ont été intenses.

Rikal, l’invité de la dernière heure

Lors de la traditionnelle réunion du mercredi soir, Jacques Favre a pour habitude de donner la liste des joueurs amenés à disputer la rencontre du week-end. Cette fois-ci, rien n’a filtré sur le onze qui débutera la rencontre à Saint-Etienne. La seule information notable de cette réunion est que Favre a décidé d’emmener douze joueurs parmi lesquels un seul gardien de but : l’adroit Corazza. Ce qu’il n’avait pas prévu, en revanche, c’est le forfait de dernière minute de René Fuchs, retenu au chevet de sa femme, gravement malade. L’entraîneur messin a alors fait appel à Rikal. La dernière apparition de ce joueur amateur en équipe professionnelle remonte au 20 février 1955. C’était contre le Racing au Parc des Princes. Lors de ce match perdu par Metz 4 à 0, il avait été victime d’une grave entorse du genou qui l’avait éloigné des terrains plusieurs mois.

Favre a mis les bouchées doubles

Dans la matinée du jeudi, Favre a convié l’équipe amateurs du FC Crusnes à donner le change à son équipe première. Le score sans appel de 6 à 0 pour les professionnels n’a pourtant pas réjoui outre mesure les quelques supporters présents à la rencontre. Les Messins ont encore en mémoire la cinglante défaite subie au stade Geoffroy-Guichard le 10 mai de cette même année. Ferry et Foix, auteurs chacun d’un but, ne sont plus là, mais l’attaque stéphanoise compte toujours dans ses rangs Mekloufi et Rijvers. Pas de quoi rassurer cette équipe messine.

La délégation messine, a pris la direction de Saint-Etienne par la voie ferroviaire le vendredi en fin de journée.

LILLE-FC NANCY (2-1)
Jacques Favre, alors gardien du FC Metz et Bernard Lefèvre, attaquant de Lille, se sont souvent croisés sur les terrains. (Photo PRESSE SPORT / Reproduction interdite)

♦ ♦ 

Ce dimanche 23 septembre après-midi, le public est venu nombreux pour assister à cette rencontre entre Saint-Etienne et Metz. Pierre Faurand craignait que la concurrence de la huitième Foire régionale ou encore les courses de chevaux à Feurs n’incitent les habitués du stade Geoffroy-Guichard à prendre des directions différentes. Il n’en est rien.

Kees Rijvers est bien au stade Geoffroy-Guichard mais son nom n’est pas inscrit sur la feuille de match. Sa cheville droite le fait toujours souffrir et Jean Snella a dû renoncer la mort dans l’âme à aligner son joueur. Pour la première fois de la saison, Saint-Etienne va devoir évoluer sans le cerveau de son attaque. « J’aurais pu jouer, mais j’avais encore mal à la cheville et je crois qu’il était préférable que je me rétablisse complètement. Je jouerai dimanche à Reims mais je crois que je ressentirai longtemps une douleur en frappant la balle. »

Cette absence fait bien évidemment le bonheur des Messins qui y voient comme un signe du destin : M. Thil, le directeur sportif mosellan, ne déclare-t-il pas : « Tiens, c’est la première fois que N’Jo-Lea jouera contre nous. Goujon joue aussi. Ah ! Celui-là, nous le craignons beaucoup. La saison dernière, il nous empoisonna énormément. »

Toujours dans le camp messin, Maurice Wattebled se dit que ce dimanche après-midi peut être le sien. « Ca va marcher aujourd’hui. Hier, c’était la Saint-Maurice et j’ai promis de me distinguer. Je marquerai donc au moins un but. »

 

Saint-Etienne-Metz : 2-0 (1-0)

Spectateurs : 14 504. Recette : 3 011 695. Arbitre : M. Barberan. Buts.- Oleksiak (10e), N’Jo-Lea (58e).

Saint-Etienne : Abbes – Wicart, Tylinski, Wassmer – Domingo, Ferrier – Goujon, Mekloufi, N’Jo-Lea, Oleksiak, Lefèvre. Entr. : Snella.
Metz : Corazza – Burda, Dosdat, Rikal – Pryslak, Sbroglia – Kunhapfel, Zénier, Grabkowiak, Wattebled, Rongoni. Entr. : Favre.

10e : A la suite d’un corner tiré par Goujon, Oleksiak reçoit le ballon dos au but. Il pivote sur lui-même pour déclencher une belle frappe du droit à ras de terre (1-0).
58e : Toujours sur corner, la défense messine dégage le ballon sur Mekloufi, situé à trente mètres du but de Corazza. Libre de tout marquage, il déclenche une frappe que N’Jo-Lea détourne d’un coup de patte subtile dans la cage du gardien mosellan (2-0).

 

Le public stéphanois est-il trop gâté ? La question revenait sur toutes les lèvres dans le vestiaire de l’ASSE après la rencontre. Après les raclées infligées à Nancy et Sedan, les supporters stéphanois, alléchés par les treize buts inscrits en deux rencontres à l’extérieur, attendaient de leurs attaquants qu’ils fassent trembler à moult reprises les filets de Corazza. Il n’en fut rien. Face à la défense renforcée de Metz, les attaquants ont peiné pour trouver le chemin des filets. Sifflés à plusieurs reprises -un comble !- Oleksiak et N-Jo-Lea ont néanmoins assuré l’essentiel : la victoire. « Nous avons gagné et c’est bien le principal, dit Jean Snella après le match. Sans doute avons-nous déçu le public mais aucune équipe ne peut faire un « carton » tous les dimanches. »

Avant la rencontre, Jacques Favre se réjouissait de l’absence de Rijvers. A la fin du match, le résultat lui laisse un goût amer. Il regrette que son équipe n’ait pas profité du vide laissé par le Hollandais. « Je prétends que l’équipe stéphanoise était à notre portée aujourd’hui sans Rijvers. La réussite n’était pas avec nous, nous pouvions marquer trois buts. Il est inadmissible que l’on laisse un adversaire ajuster un tir balle arrêtée sur un corner, tout comme reprendre de volée sans opposition à la sortie d’un corner. » Puis, de colère, l’entraîneur messin s’adresse à ses joueurs et leur dit avec véhémence :

« Faudra-t-il que j’applique des amendes pour vous faire comprendre cela ? »

Jacques Favre, l’entraîneur de Metz

Une heure plus tard, l’entraîneur messin a quelque peu oublié la déconvenue de son équipe. Metz, au même titre que Saint-Etienne, a répondu favorablement à l’invitation des organisateurs de la Foire stéphanoise. Les vingt-deux acteurs de ce dimanche vont ainsi profiter d’un bain de foule et signer de nombreux autographes. Favre attendra le retour en Moselle pour refaire le match avec ses joueurs. Quant à Jean Snella, il a déjà la tête au choc de la prochaine journée. Le déplacement à Reims dans une semaine s’annonce déjà passionnant.

Résultats de la 6e journéee

Saint-Etienne-Metz : 2-0 ; Sedan-Reims: 0-4 ; Nice-RC Paris : 1-1 ; Valenciennes-Marseille: 2-2 ; Angers-Lyon : 2-0 ; Nancy-Strasbourg : 3-3 ; Sochaux-Lens : 2-2 ; Nîmes-Rennes : 2-1 ; Toulouse-Monaco : 3-0.

Classement : 1. Saint-Etienne, 11 points ; 2. Reims, 10 ; 3. RC Paris, Lyon, Marseille, 8. ; 8. Nîmes, Strasbourg, 7 ; 10. Sochaux, Angers, Sedan, 6 ; etc.

Thierry CLEMENCEAU

♦ ♦ 

Brèves en stock

 Le dimanche 23 septembre, à 14 h 10, Raymond Kopa est arrivé à Madrid. Il a rencontré MM. Saporta et Ipina, respectivement trésorier et secrétaire technique du Real Madrid. Le Français attendait que la loi Moscardo qui empêchait l’arrivée d’un joueur étranger dans un club espagnol soit aménagée. A 20 heures, le Rémois a signé sa licence et légalisé le contrat moral qui le liait au Real depuis le mois de juin. Ce transfert a été rendu possible grâce à l’acceptation par Alfredo Di Stefano de se faire naturaliser espagnol. Résidant depuis plus de trois ans en Espagne, le grand joueur argentin a pu prendre la nationalité du pays. Les deux joueurs pourront ainsi évoluer côte-à-côte sous les couleurs Merengue.

 

Snella et Batteux reconduits

Le samedi 22 septembre, le Bureau Fédéral s’est réuni à Paris. Gaston Barreau souffrant, c’est Alex Thépot, l’un des sélectionneurs, qui présidait la séance. A cette occasion, il a annoncé qu’Albert Batteux pour les A et Jean Snella pour les B étaient reconduits dans leurs fonctions. Pierre Pibarot continuera de s’occuper des Juniors et Espoirs et Roger Kuster de l’équipe Corpo.

 A l’intersaison, Jean de Cecco a quitté l’AS Saint-Etienne pour s’engager avec le FC Nantes qui évolue en Division 2. Les premiers mois loin du Forez ne sont pas idylliques pour l’ex-défenseur central de l’ASSE. De passage à Saint-Etienne, il n’a pas caché son envie de quitter le club qui l’a accueilli cet été. De Cecco se verrait bien poursuivre sa carrière à Rennes où il retrouverait un certain Antoine Cuissard.

Th.C.

♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ ♦  ♦  ♦

Si ce blog vous intéresse ou vous passionne, n’hésitez pas à en parler autour de vous. Amicalement Vert.

♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦

Le Chaudron se visite aussi

http://www.museedesverts.fr/

Visite guidée du Musée des Verts avec le Conservateur

Découvrez ou redécouvrez le Musée des Verts comme vous ne l’avez jamais vu !

<!– var addthis_config = {« data_track_addressbar »:false};
//s7.addthis.com/js/300/addthis_widget.js#pubid=ra-5162788a145ef11e–>

ASSE Musée des Verts - Visite guidée du Musée des Verts avec le Conservateur

Événements marquants ou méconnus, objets de légende ou insolites, anecdotes sur les matches et les joueurs… A l’occasion d’une visite, venez  discuter et tester vos connaissances auprès du Conservateur du Musée des Verts, Philippe Gastal.

Visite guidée : mardi 8 novembre 2016 à 14h30
Public : adultes
Durée : 1h30
Tarif : de 12 € (10 € en tarif réduit)

Privilège carte membre : gratuit contre contre 500 étoiles. 

Offre Sainté Pass à découvrir >

Auteur : surlaroutedesverts

Comme Obélix, tout petit, je suis tombé dans le Chaudron. Et je n’en suis jamais sorti. Mon premier souvenir d’un match des Verts remonte au 17 mars 1976. Ce soir-là, Saint-Etienne s’offre une qualification pour les demi-finales de la plus prestigieuse des Coupes d’Europe face au Dynamo de Kiev. Quel plus beau cadeau, le jour de mes 9 ans, que de voir Dominique Rocheteau, Charentais maritime comme moi, faire exploser le stade Geoffroy-Guichard. A travers ce blog, je vous propose de revivre huit décennies de moments forts de l’histoire du club, d’anecdotes croustillantes, de personnages emblématiques et de  matches inoubliables dans une ambiance unique en France…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :